Sex toys, leur vulgarisation est un phénomène nouveau.

Le sex toy a d'abord été un godemichet censé reproduire le sexe masculin

Le contexte de l'apparition du sextoy

L’apparition des sex toys et leur vulgarisation sont des phénomènes nouveaux. Après des siècles de relations sexuelles conditionnées et bridées par le labeur du quotidien, les années soixante-dix ont vu apparaître une forte libéralisation sexuelle.

En effet, la baisse du temps de travail, les progrès techniques et les avancées sociales ont permis de considérer le sexe non plus comme un besoin vital à la survie de l’espèce humaine mais comme une activité de loisir. De surcroît, les progrès dans le domaine de la contraception et l’éclosion de mouvements libertaires comme mai soixante-huit ou encore le mouvement hippie ont fini de conclure cette révolution. Le sexe est alors devenu affaire de marketing et les marchés liés à ce domaine se sont multipliés.

Tout d’abord, le pornographisme et l'érotisme sont apparus au cinéma sous une forme artistique comme par exemple au travers de la sempiternelle série Emmanuelle. Aussi, le pornographisme s'est vu éclore sous une forme consommatrice avec les blondes américaines chevauchant les phallus du Bronx comme le plus ordinaire gonzo pour une pornostar.

Mais l’industrie du sexe n’en finit pas d’étendre ses tentacules et le porn continue de se diversifier. Ça a tout d'abord commencé par les godemichets censés reproduire le sexe masculin (oublié le sexe friend). À ses débuts, un tube à la dimension du sexe humain. Il a lui aussi évolué avec un souci du détail assez impressionnant comme la reproduction du gland et des veines. Par la suite est apparu le vibromasseur, objet similaire mais avec un système de vibrations électriques offrant de nouvelles sensations à ses utilisatrices, ou utilisateurs...

Aujourd’hui, dans les sex-shops que l’on retrouve dans toute ville de plus de cinquante mille habitants, il est possible de trouver matière...

Le sextoy à l'ère moderne

Du plug anal au monstre de quarante centimètres, le panel en matière de jouets sexuels ou "sex toys" est aussi bien immense qu'impressionnant ! Les années 2000 ont à nouveau connu un boom dans le domaine des "sex toys", mélangeant savoir-faire ancestral et perversions contemporaines.

Le Vagin artificiel

Il est récemment apparu sur le marché du sexe le vagin artificiel, le "fleshlight", véritable prouesse technologique censée reproduire les parois vaginales de la femme en situation d’excitation. Vous pouvez aujourd’hui Messieurs le commander sur internet par exemple, sachant qu’environ la moitié des superstars du X ont déjà moulé leur beau sexe pour ce concept... Vous pouvez donc avoir le vrai vagin d'une pornostar entre les mains, que vous balancerez romantiquement grâce à un contenant imitant généralement celui d'une lampe torche ou d'une canette de soda !

Le "rabbit"

Que la gente féminine se rassure, l'industrie du sexe a aussi pensé à vous Mesdames en créant le must du sex toy pour femme: le rabbit.
Après enquête d'un très sérieux magazine pour femme, il semblerait que le top de la vibration pour justement vibrer de plaisir serait le "rabbit". Cet ustensile de cuisine érotique aurait fait son apparition première dans une série américaine au nom très révélateur de : Sex and the City.

Même les actrices X en seraient amoureuses. Le rabbit serait d'une formidable efficacité, pour ne pas dire d'une redoutable.. Voici donc le troisième amant de Madame dans le cas où Monsieur serait d'accord de faire une petite partouze à trois !

Le "lelo"

Aussi, l'industrie du sexe a bien fait les choses et ce, afin de rassurer les hommes qui se sentiraient éventuellement diminués par cette belle technologie sexuelle qu'est le "rabbit". Comment ? Tout simplement en fabriquant le "Lelo". Le "Lelo" est un sex toy à la taille moins impressionnante, permettant ainsi de rassurer Monsieur même s'il trône sur la table de nuit conjugale.
Les fabricants assurent que l'orgasme est toujours au rendez-vous avec ces types de sex toys..

L'avis du vendeur, tenancier de sexe-shop

Derrière le comptoir du sex-shop, le responsable du magasin bombe le torse car il a bien souvent mieux à vous proposer, à vous les hommes...

Généralement, ce tenancier présente un profil assez redondant : la grosse quarantaine, petite lunette, tenue vestimentaire sobre, plutôt bavard et une bonne apparence générale.

Il est passé par tous les états, il a tout essayé, c’est le Beckenbauer des boules de geisha, le maître Yoda avec son laser personnalisé, bref, c’est un professionnel. En ce moment il ne badine pas, pour lui c’est clair que le nec plus ultra aujourd’hui s’appelle la poupée en silicone !

Celle-ci qui permettra, en échange de trois mois de salaire moyen en France, de vous délecter d’une imitation quasi parfaite d’une femme à taille humaine.

Bonne partie de jambes en l'air !