Peut-on tomber amoureux d'une escort girl ?

Une question plutôt indiscrète chez les ménages de plus de 40 ans

Un tel sujet pourrait faire désordre dans les foyers de bonne famille qui vont à la messe tous les dimanches. Et pourtant rien n'empêche pas l'autre, surtout si "rien", c'est une escort girl déguisée en sauterelle avec un CX de Porshe qui n'a rien à envier à miss univers. Je vous la fais pragmatique, la sauterelle mesure 1m72, elle a des jambes interminables d'où son surnom, et si vous l'a pliez en deux, vous obtenez un ticket gagnant pour rentrer au Crazy Horse Saloon. Vous ne saviez pas que les danseuses du Crazy Horse doivent obligatoirement avoir les jambes et le buste dans des proportions un tiers-deux tiers ? Quant à la poitrine, c'est digne du plus exigeant des fétichistes, 27 cm doivent séparer les deux seins. Le taulier, paix à son âme, ne disait pas si la mesure se prenait depuis le têton ou depuis le galbe de la poitrine...

Arrêtons net ces futiles suppositions et frustrations naissantes pour revenir à la question qui nous importe à cette heure :

Peut-on vraiment s'enticher d'une call-girl ?

Selon le témoignage qui va suivre, oui, on peut tomber raide dingue d'une créature de rêve qui loue son temps à des hommes d'affaires de passage dans la capitale. La belle précisera que si d'aventure, il se passait quelque chose d'autre que le fait de vous accompagner au restaurant ou au golf, cela relèvera essentiellement de la vie privée de ces deux adultes consentants. Point barre, la messe était dîtes, celà ne nous regardait plus... Pourtant, ça allait interpeller Roland, parisien de cœur à l'esprit pas forcément volage, bien au contraire.

Celui-ci ne pensait pas qu'il serait possible de tomber amoureux d'une escort girl jusqu'au jour ou le vague à l'âme aidant, il décida de faire sonner le portable d'une jeune courtisane de luxe qui sévissait sur Paris. Il faut savoir que Roland est le genre de business man qui se trouve à des années-lumière d'une possible histoire d'amour. Qui plus est, avec une petite poule qui n'a rien à voir avec le charme discret de la bourgeoisie ambiante des beaux quartiers de Paris.

On le remerciera pour son témoignage.

Pourquoi sortir avec une escort girl ?

Notre gentleman n'est pas un mec simple, du moins c'est ce que prétendait sa femme. En fait Roland, c'est un cérébrale, un amoureux de la répartie érotique. Pour lui chatouiller la libido, faut d'abord lui séduire les neurones. Alors quand il a croisé le regard de Zoia, il s'est senti comme pénétré par un scanner. Comme si la belle-de-jour tentait de jauger la bête qui sommeillait en lui. À la maison, il y avait longtemps que le scanner ne fournissait plus d'analyse. Zoia de sa voix de nymphette gouailleuse avait tout de suite séduit Roland au téléphone. La fille semblait avoir du caractère, le ton était celui d'une petite canaille possiblement effrontée. C'est peut-être cela qui a poussé Roland à s'autoriser une éventuelle rencontre avec une escort girl de Paris.

Un homme se sent-il bien dans sa peau au bras d'une courtisane de luxe ?

Il parait qu'un homme se sent pousser des ailes quant à son bras l'accompagne une beauté fatale. Si en plus la belle a 20 ans de moins que son prétendant d'un soir, que de réflexions nauséabondes se porteront sur ce couple atypique... La société est ainsi faite, le bonheur des uns accentue considérablement la frustration des autres. Dans ce témoignage vivant et pérenne, le Roland s'est laissé séduire par une escort girl beurette de 27 ans vivant stratégiquement au 8e arrdt quartier Faubourg-du-Roule. La future princesse de ses nuits à venir est une jeune femme aux cheveux de geai. La demoiselle a tous les codes pour séduire cet homme de 46 ans un tantinet fétichiste. Roland apprécie que la lumière passe entre les jambes serrées d'une femme. Il est sensible aux chutes de reins vertigineuses, aux poitrines qui swinguent de concert avec le reste du corps en mouvement. C'est un homme réceptif à la beauté naturelle. Pourquoi ajouter de la garniture à un produit de qualité ? Au restaurant, Roland ne prend jamais de sauce pour accompagner son Chateaubriant. Zoia n'a pas un gramme de maquillage en trop, elle est parfaite dans son rôle d'escort girl de luxe. Il ne lui manque rien, elle est un pur produit de représentation sociale qui saura mettre en lumière n'importe quel looser de bonne famille. Roland, s'il est un fils de bonne famille, n'a rien d'un perdant. Il est épris de changement, il étouffe, il manque d'oxygène, il est fatigué de sa bourgeoise au charme ruisselant et réchauffé. Il avoue que l'image n'est pas des plus glamour pour représenter son couple bien établi, mais que puis je y faire ? j'en suis là... (46 ans, patron de PME, libido en berne, fatigué de payer les traites de son premier mariage et d'entretenir la Christianne, une divorcée exigeante).

La dolce vita avec une call girl au charme dévastateur serait-elle digne d'une belle histoire d'amour ?

Voilà notre homme rajeunit de 20 ans pour le pire et le meilleur d'une escapade romantico cérébrale au cœur de la capitale française. Pour ne pas la nommer Paris, on dira pour le style, que Paname n'est pas une blonde, mais bien une brune épicée au rouge à lèvres Chanel du plus bel effet. De là à parler du joli coquillard de la demoiselle, il n'y aurait qu'une révélation que l'homme s'est refusé de partager. La classe Roland, pas voyeur du tout, on ne saura pas si les seins de la belle orientale laissaient passer 27 cm entre ses tétons. Étaient-ils seulement laiteux ou petits mais bien fermes comme ces seins de bakélites ? Cela nous importe peu... Ce qui est sûr, c'est que de se balader avec une poupée au sourire rayonnant, à la répartie bien calibrée selon la situation, ça vous change un homme écrasé par les responsabilités mélangées aux futilités exaspérantes de sa régulière. Bref, le Roland revivait, cette jolie coquine lui avait ouvert un horizon bien plus clément que celui qui l'attendait tous les matins au sortir d'un sommeil sans rêve. Roland reprenait goût à la lévitation, ses pieds ne sentaient plus le sol, sa nouvelle conquête allait lui enseigner une dernière leçon de vie : L'essentiel était ailleurs...

Disons adieu à toute les représentations réactionnaires du couple pour vivre à fond cette folle aventure teintée d'érotisme et de romantisme !

S'en est fini de faire le papa responsable, d'aller à la messe pour prouver à ses contemporains qu'il est bien dans ses pompes. De filer de la tune à sa rombière pour qu'elle aille se la péter avec les grognasses du club de bridge.

Roland à balayer d'un revers de main pour ne pas dire d'un coup de rein, toute sa vie antérieure. Les enfants sont grands, sa première femme est bien dotée, la seconde peut très bien subvenir à ses besoins par elle-même en cherchant du travail et devenir son propre moteur économique.

Pensez-vous que Roland puisse se sentir un autre homme au bras d'une escort girl de luxe ?

Lui, raconte que sa vie a changé du tout au tout. La call-girl est devenue sienne après s'être séparé de Christianne dans les règles de l'art. Les deux amants coulent des jours heureux dans le Sud-ouest de la France. Elle lui sourit tous les jours que dieu fait sans jamais oublier de lui faire apprécier les mélodies du bonheur à l'orientale...

Lui, la protège jour et nuit pour le meilleur et pour le pire de cette nouvelle vie.
Y a-t-il une morale à cette histoire ?
Une vieille ritournelle dit que les amoureux sont seuls au monde...
D'autres disent que l'amour est la seule vraie raison pour justifier un divorce...

À Roland B & à Samira M alias Zoia