Le coït: rapport sexuel entre deux êtres humains très souvent perçu comme une bonne partie de jambes en l'air incluant de fait la pratique de la pénétration

La masturbation ne peut pas être considérée comme une copulation car il n'est pas question d'un rapport sexuel entre deux êtres humains.

Aussi appelé "rapport sexuel", le coït est, lorsqu'il est question d'évoquer l'être humain et plus particulièrement la relation entre deux êtres humains, ce qui se réfère à la thématique de la sexualité à proprement parler.
En ce sens, il correspond à une relation d'ordre sexuel pouvant inclure possiblement voire généralement une pénétration. Au passage et bien qu'il s'agisse en soi d'un acte sexuel, la masturbation ne peut pas être considérée comme un coït puisqu'il n'est dans ce cas nullement question d'un rapport sexuel entre deux êtres humains.

Les différentes "étapes" d'un coït

  • En tout premier lieu, un rapport sexuel débute de manière générale, pour ne pas dire de manière constante, par le désir éprouvé par les deux partenaires de faire l'amour ensemble. Il s'agit donc tout simplement de la première étape vécue lors d'une copulation.
  • En second lieu, il vient ensuite un moment très souvent perçu comme la "base d'une bonne partie de jambes en l'air", c'est-à-dire ce qu'il est tout bonnement et communément appelé les préliminaires. Au passage et bien que cela aille de soi, les préliminaires correspondent en règle générale à un ensemble de caresses et de massages qui sont échangés entre les deux partenaires, mais aussi à la pratique du cunnilingus et à celle de la fellation. Pour certains individus, qu'il s'agisse d'hommes comme de femmes, il est parfois également pratiqué l'anulingus.
  • De plus, la pratique des préliminaires fait grandir l'excitation de l'un et de l'autre et prépare les deux corps à s'unir, à fusionner pour accéder à la troisième étape de l'ébat sexuel et, qui plus est, à celle à qui correspond au coït dans son acception la plus proche, la pénétration. Ainsi , l'accouplement peut donc plus ou moins clairement et naturellement être vu comme la pratique de la pénétration elle-même. Et puisqu'il est ici question du terme "pénétration", il est rappelé qu'il existe deux possibilités, deux formes de la pratiquer: la pénétration vaginale et la pénétration anale. D'où le rapport de cause à effet d'avoir évoqué ci-dessus la présence de l'anulingus dans les préliminaires..
  • Dans un quatrième temps et une fois la pénétration pratiquée de façon abrégée ou prolongée, arrive alors l'orgasme, autrement dit le moment où l'excitation sexuelle et le plaisir sont arrivés à leur apogée et où un seul mot devient "maître": la jouissance.
  • Enfin, dans un cinquième et dernier temps, il est alors question pour les deux partenaires sexuels d'être amenés à ressentir le moment appelé "la résolution". La résolution est, une fois donc l'orgasme vécu, le moment au cours duquel l'excitation commence à s'estomper. Cette phase, faisant donc partie intégrante du coït, voit les corps et les esprits des deux partenaires sexuels s'apaiser et se relaxer peu à peu.. Il s'agit donc de la phase de relaxation du coït après avoir connu l'embrasement et ce, tant sur un plan physique que mental..

Que si coït il y a, qu'il soit ardent et délicat !