Maître: magister une appellation qui recouvre plusieurs significations

Les termes" maître" et "maîtresse", tirant leur origine du latin "magister" (plus grand), sont des appellations qui recouvrent plusieurs significations.

Il y a, dans un premier temps, le maître et la maîtresse d’école, qui enseignent main dans la main la si belle culture générale aux enfants du primaire. Puis il y a le maître précepteur, toujours dans l’enseignement, qui a également une fonction reconnue, notamment chez les grecs et les quelques civilisations qui ont suivi. Aristote était le maître d’Alexandre le Grand. Beaucoup de maîtres précepteurs aiment intégrer la sodomie dans le cursus, histoire de vraiment tout transmettre, jusqu’à la moelle. Les initiations ont également évolué au fil des siècles... Mais qu'est-ce qu'une "Maitresse Dominante Paris" pour les "Grands" de ce temps ?

Il est aussi connu et reconnu le terme "maestro", c'est-à-dire l'individu qui maîtrise un art à la perfection. En ce sens et pour exemple, cela va du neuvième dan de karaté aux plus grands écrivains et sculpteurs de la Venise du quatorzième siècle. Malgré cela, il est possible de distinguer des degrés dans la "qualité de maître" entre Michel-Ange et le Monsieur qui enseigne depuis quinze ans un art martial à la salle polyvalente de Perpète-lès-Oies.

Aussi, il y a le maître de conférences, cet enseignant-chercheur à lunettes qui a sa chaire dans les meilleures écoles de l’hexagone. Celui-là n’est pas sodomite et aurait plutôt tendance à être généralement puceau ou vieux garçon. Le terme "maître de conférences" s'utilise également dans le droit, de par certains statuts obtenus au fil des années.

Vient ensuite le maître de l’esclave, cet affreux personnage qui exploite à des fins personnelles l’existence d’autrui. Ce terme s’utilise encore pour les animaux et particulièrement pour les chiens, les chats étant plutôt exemptés de ce terme pour désigner leurs propriétaires. Cela explique peut-être le mot "chienne " qui désigne une femme déchaînée au lit alors que le mot "chatte" renverrait quant à lui symboliquement à une femme féline mais dans la "retenue". Alors, partant pour voir si chienne ou chatte il y a derrière une annonce de plan cul ?

Enfin, il existe le maître sur le plan psycho-sexuel. Il est ainsi celui qui est le "propriétaire psychologique" d'individus masochistes.

Ce dernier est  bien moins dans l’apprentissage et préfère donc s'orienter vers le dressage et affectionne plutôt le latex au kimono. C’est le directeur de la domination, il explique comment l’autre va devoir jouir. Bien sûr, dans ces petites mises en scène, l’ensemble du personnel est consentant. Son "esclave" consent donc directement à obéir, attaché par les deux mains à des menottes, un bâillon dans la bouche. Évidemment, le maître jouit de voir son esclave BDSM s’asphyxier en essayant de parler, d’appeler à l’aide. Tout comme l'esclave d'ailleurs... Inévitablement, cela pose par contre un problème pour énoncer le "safeword" qui permet de stopper les scènes sadomasochistes. Le signal de détresse peut-être alors marqué par trois grognements, tel l'orgasme du maître-chanteur pour comparaison...

BDSM: apprentissage, accessoires sont des éléments qui peuvent être très utiles à prendre en considération avant de se lancer à corps perdu dans cet univers si singulier.

Une première règle BDSM peut être de ne pas regarder le maître ou l'escort maîtresse dans les yeux, de ne pas lui parler ou encore de lui dire bonjour dans des conditions bien particulières... En effet, il peut être salué une fois que son esclave s'est mis à genoux les yeux rivés sur le sol. Ce qui en découle dépend bien entendu du contexte et de l'humeur. Certains masochistes pleurent de ne pas savoir quoi faire, le maître les laissant alors dans une incertitude devenant angoissante, mais aussi jouissante...