Les Fesses C’est La Vie, C’est Global, C’est Le Tout...

Par un Réflexe Paillard, Les Fesses Sont Souvent Confondues Avec Leur Orifice Central : l’Anus.

Comment évoquer les fesses sans y dévoiler une analyse plus symbolique ? Deux hémisphères collés l’un à l’autre pour mieux définir la totalité. Oui, les fesses sont la totalité ! C’est "rempli" et plus ça l’est, mieux c’est ! Cependant, il ne faut pas omettre l’éclat hypnotique de la courbe de la fesse, un bel arrondi nécessitant un remplissage relatif.

La fascination sempiternelle pour la fesse

Déjà, à l’aube de l’humanité moderne, la fesse intriguait, fascinait. À ce propos, les premières sculptures d’art sont des femmes aux arrière-trains et aux seins turgescents censés représenter un symbole de la fécondité. Rappelez-vous de la Vénus de Willendorf (voir photo de cet article), cette sculpture primitive forgée 23 000 ans avant notre ère et première de ce type dans l’humanité (selon les analyses au carbone quatorze puisque l'on peut toujours imaginer qu’il y en a eu auparavant). Les fesses sont souvent confondues, par un réflexe paillard et spontané, avec leur orifice central: l’anus.
Quelle pauvreté d’esprit ou alors quel penchant pour la sodomie !
N’y a-t-il pas suffisamment de plaisir à contempler "en surface" un beau postérieur ?
Une théière du Moyen-Orient doit-elle être limitée à son simple goulot ?

Il paraît que l’homme aime les fesses rondes mais pas seulement pour son simple goût esthétique.

D’ailleurs, scientifiquement, pourquoi préférer des derrières de femmes escortes ayant des formes que des derrières écrasés ? Pourquoi A plutôt que B ? Bien sûr, cela nous paraît bien plus évident de ressentir le tout plutôt que le rien mais cette argumentation n’a rien de cartésien.

En réalité, l’homme voit chez la femme sa capacité à enfanter, c'est-à-dire la largeur suffisante du bassin pour que le nourrisson puisse s’extraire sans aucun problème. Parallèlement, lorsque la pensée s'envole vers les seins, plus ils sont dodus, plus ils permettent de penser que la femme aura les contributions nourricières nécessaires pour sa descendance. Les postérieurs sont également un paramètre de séduction chez l’homme pour d’autres raisons darwinistes. Par exemple, le postérieur affiche la musculation d’une personne et notamment sa capacité à sprinter.

Par des observations apprises instinctivement, les femmes savent reconnaître un homme pouvant sprinter, se dégager de situation de prédation et son aptitude à apporter de la calorie au foyer. Ses capacités à se mouvoir se traduisant sur son corps, les arrière-trains sont devenues au fil des millénaires l'un des canons de la beauté masculine. La région glutéale est donc séparée en deux parties par un pli nommé interfessier. Le rebond musculaire ainsi que le rembourrage sont connus chez de nombreux primates afin de faciliter leur station assise.

Il existe un adjectif pour désigner des belles courbes et il est peu connu. Il s’agit du terme "callipyge", déjà employé pour qualifier les statuts de fécondité que nous évoquions à l’instant. Il existe également des perversions uniquement centrées sur les derrières , il s’agit de la pygophilie.

Pour conclure, n’oublions pas nos amis du BDSM qui ramassent tous les dimanches une vilaine fessée érotique avec maîtresse. On leur avait pourtant bien dit qu’ils n’avaient pas le droit de sortir sans l’autorisation de leur supérieure. Ils sont tellement têtus...