Le cunnilingus pratique sexuelle visant à créer une stimulation du sexe de la femme

Le cunnilingus est très généralement réalisé à titre de préliminaire avant la "deuxième étape" du rapport sexuel..

Définition et origine du cunni

Pratique sexuelle visant à créer une stimulation du sexe de la femme, le cunnilingus se réalise tout spécialement à l'aide de la bouche, de la langue et des lèvres. Provenant du mot d'origine latine "cunnilinctus" et plus particulièrement du terme "cunnus" signifiant vulve et du verbe "lingere" exprimant lécher, il est ici rappelé que le cunnilingus correspond en latin à un individu exerçant cette pratique sexuelle alors que dans sa définition moderne, il est question de la pratique elle-même.

Aussi, des dizaines d'appellations s'y rapportant existent et il va en être énuméré quelques-unes, bien que non exhaustivement, à titre informatif : lécher le minou, chatouiller le bijou, aller sucer la friandise, prendre l'hostie à la chapelle ou encore et pour les plus sensibles du "beau langage", gamahucher. Bien entendu, il en existe énormément et certaines d'entre elles peuvent être perçues comme très "crues"..

En conséquence et car cet article se veut être plus ou moins glamour et non vulgaire ou autres, ces dernières ne seront donc pas ici mentionnées ! Etant une pratique sexuelle très appréciée des femmes, le cunnilingus est très généralement réalisé à titre de préliminaire, c'est-à-dire avant la "deuxième étape" du rapport sexuel qui correspond donc à la pénétration. Cette pratique vise à exciter et à faire mouiller la femme pour faciliter son accès à la jouissance.

La technique du cunnilingus demande de l'application

En raison des nombreuses zones érogènes pouvant être stimulées chez la femme autour et sur son sexe, le cunnilingus peut amener la femme à profiter d'une multitude de sensations. Entre les petites lèvres, le clitoris, le capuchon du clitoris ou encore et plus simplement l'orifice vaginal, il y a de quoi éprouver divers ressentis..

Certes, à condition de bien savoir s'y prendre puisqu'entre le rythme à donner, la pression à apporter et la "qualité" des mouvements à réaliser et ce, en fonction du ou des organes utilisés (bouche, langue, lèvres..), il peut ne pas s'avérer être si "facile" de combiner le tout !
Plusieurs positions pour faire l'amour permettent également d'occasionner des plaisirs divers et variés. Il est donc possible de pratiquer le cunni ou lèchement, de manière plus ou moins aisée bien évidemment, en réalisant un simple missionnaire, un 69 ou encore un face-sitting (voir par exemple l'article sur le "Kamasutra"). Attention cependant à ne pas dévorer la chatte de votre partenaire de manière trop brutale, un gourmet c'est un gourmand qui se domine.

La femme peut également être assise voire debout ! Aussi, il est à savoir que certaines femmes aiment à s'autostimuler, mettant ainsi en oeuvre la pratique de l'autocunni pour atteindre le point G et une plaisir sexuel optimal.

Pour un peu d'histoire, jusqu'à encore il n'y a pas si longtemps, le cunni était tabou dans la culture occidentale puisqu'en 1952, cette pratique sexuelle était partie intégrante d'un comportement d'ordre pathologique ! Il l'a d'ailleurs été mentionné au sein d'un manuel visant à apposer par écrit tout diagnostique ainsi que toute statistique en relation avec le trouble mental.. De plus, tout comme le cunni, la fellation ainsi que la masturbation étaient reconnus comme tel ! Enfin et tout bonnement, il ne reste plus qu'à souhaiter un excellent moment de volupté autour de ce préliminaire tant apprécié de la gent féminine !

Bon léchage de froufrou !