La libido et la durée dans le temps qui passe

Les gens qui continuent à avoir une sexualité jusqu'à soixante-dix ans vivent bien plus longtemps que ceux qui stoppent les galipettes à cinquante ans.

Alors que le nombre de relations baisse ensuite dans les couples, les réactions sexuelles féminines semblent quant à elles s'affiner vers cinquante ans (ou plus tôt selon l’intervention de la ménopause). C'est durant cette période que les femmes connaissent les plus importantes lubrifications vaginales, qui se manifestent plus rapidement et qui sont accompagnées d'orgasmes plus fréquents et surtout plus mémorables. Les femmes deviennent alors plus intéressées par le sexe, contrairement à auparavant puisqu'elles ne sont plus dans un processus de recherche de satisfaction de leur partenaire. C'est ainsi que certaines d'entre elles deviennent parfois des "cougars"... D'ailleurs, une femme cougar, qu'en est-il vraiment ? Bien entendu, d'autres raisons tentent d'expliquer ce nouveau fonctionnement tardif, comme le fait que son anatomie serait mieux acceptée par sa moitié ou encore qu'elle ait réussi à prendre du recul sur l'existence, levant ainsi certaines ankyloses morales.

Il y a aussi dans le couple une augmentation de la qualité du dialogue avec les années, ce qui permet à chaque partenaire de mieux se satisfaire mutuellement voire d'explorer de nouveaux plaisirs. En ce sens, certaines femmes n'hésitent pas à revendiquer à un certain âge:"Je suis une femme mature libertine". L'intervention de la ménopause (cessation du fonctionnement ovarien) provoque des modifications endocriniennes qui vont s'accompagner d'une nervosité manifeste ou d'une dépression subite. C'est ainsi que la mélodie du foyer change de ton une fois que l'on a perdu de vue les stéroïdes sexuels féminins. C'est d'ailleurs aussi pour cela que l'on dit qu'une femme désagréable s'intéresse certainement au sexe. Allez comprendre ! Il est toutefois vrai qu'il peut être gênant voire frustrant de constater que les femmes s'intéressent au sexe une fois intervenu leur ménopause. C'est quand on a tout perdu que l'on se rend compte de la valeur des choses ! Hélas pour elles, le nombre d'hommes sur le marché à cet âge-là a considérablement diminué, tout comme leurs besoins. Comme si cela n'était pas suffisamment compliqué, il fallait encore un problème d'harmonie au crépuscule du monde adulte.

Une dernière inégalité se manifeste également et elle est la suivante.

Les femmes qui sont mieux conservées ramassent les derniers guerriers quinquagénaires tandis que les autres connaissent une sexualité qui va fortement péricliter. Ensuite, c'est tout simplement la crise puisqu'après soixante ans, les rapports sexuels avec pénétration ne sont plus, du moins de manière générale, monnaie courante. Les femmes restent toutefois dans leurs songes érotiques et recherchent toujours des situations où elles pourraient donner du plaisir. C'est donc à ce moment-là l'occasion de construire un donjon et de sortir le fouet en devenant par exemple une maitresse dominatrice sur Paris !

En ce sens, il ne faut donc pas hésiter à essayer de conserver sa forme physique le plus longtemps possible ! Se relaxer, prendre le temps de respirer, manger sainement et faire du sport comme jamais peuvent être des points clés pour y parvenir ! La baisse de la testostérone chez l'homme et l'intervention de la ménopause chez la femme vont également provoquer des réserves de graisse qui ne seront d'ailleurs évitables que par une pratique régulière du sport. Enfin, il peut être intéressant d'être très imaginatif au lit pour pimenter et pérenniser ses relations sexuelles...

Les gens qui continuent de faire l'amour jusqu'à soixante-dix ans vivent bien plus longtemps que ceux qui stoppent les galipettes à cinquante ans. Le plaisir entretient la vie car la vie est une folie et la folie ça se danse.