Cassage de testicules

Ballbusting ou cassage de testicule

Ballbusting : cassage de testicules

Ballbusting ou cassage de testicule est une pratique BDSM à la mode.

Elle consiste à ce qu'une femme dominatrice frappe avec son pied ou son genou le sexe de l'homme. Elle peut également se pratiquer avec plusieurs femmes dominantes afin d'augmenter le plaisir du soumis, qui se voit humilié par des maîtresses qui se confortent mutuellement dans l'idée qu'il est le plus pathétique des esclaves sexuelles. Les maîtresses sadiques et perverses présentes durant le rapport sexuel SM doivent par ailleurs se montrer très à l'écoute. Elles doivent aussi savoir comment humilier au mieux leur partenaire par une vexation verbale, une violence physique et une forte sensualité. Le cassage de testicule ou "Ballbusting" se pratique de préférence dans Le triolisme, pratique sexuelle à trois voire plus afin d'éviter les excès d'une relation duelle. Les masochistes amateurs de ce type de pratique qu'est le "Ballbusting" exigent généralement que leur partenaire sadique soit perchée sur de hauts talons et vêtue de vêtements activant leur sensualité comme une combinaison de latex ou une robe sexy. Voilà une pratique très courante dans Le SM ou l'art de se faire du mal pour se faire du bien.

Sur le même principe, la pratique du « cassage de noix » ou "Ballbusting" pour les puristes, c'est-à-dire de l'écrasement des testicules, est également très pratiquée.

Elle peut se faire à l'aide d'une main sensuelle ou bien à l'aide d'une planche que la call girl dominatrice visse aux quatre points cardinaux du sexe. La planche est généralement en verre afin de garder le stimuli visuel entre la victime et ses testicules qui s'écrasent progressivement par les serrements de visse précieusement orchestrés par la dominatrice. Cette pratique est très connue en dehors du monde libertin. En effet, c'est l'outil permettant de provoquer la stérilité des castrats, que ce soit pour les sérails indiens ou pour les chanteurs d'opéra du même nom. Enfin, une autre pratique castratrice consiste à se faire tremper les testicules dans l'eau chaude par une dominatrice cruelle à la posture vicieuse. En effet, les spermatozoïdes supportant mal la chaleur, cette pratique impose une stérilité temporaire qui va être exigée avec force par la maîtresse marâtre.

De nombreux autres outils sont présents dans le bondage et ses précurseurs ne manquent pas d'imagination comme le souligne l'article BDSM : pratiques (apprentissage, endurcissement) accessoires (compléments, ustensiles). Ainsi, il est apparu les « menottes à couilles », ces dernières étant accrochées à une barre qui se fixe sur le postérieur de soumis afin qu'il ne puisse plus évoluer qu'à quatre pattes sous peine de se déchirer le scrotum. Il ne peut ainsi s'en défaire tout seul et doit choisir une partenaire dominante de confiance. Alors, le soumis peut faire le chien, le poney ou simplement le dévoué pour sa femdom dont il est totalement dépendant et tenu en laisse. Pour accroître cette dépendance, l'esclave peut choisir de porter un anneau qui enserre le bas du pénis et qui est relié aux menottes à testicules afin d'augmenter le sentiment d'appartenance.

Pour conclure, il existe le « numbing », pratique à caractère sexuel ayant pour intérêt d'engourdir le sexe à l'aide de pommades anesthésiantes. Souvent associé à un anneau d'érection, le soumis est alors excité mais ne peut ressentir physiquement cette ardeur. Ainsi, il peut rester en érection pendant très longtemps, que ce soit dans le cadre d'une torture de testicule, d'une masturbation ou bien même d'une pénétration. Cela provoque une frustration intense qui en devient excitante pour le masochiste adepte de cette pratique.


Info
Arrondissements - Périphérie
01er arrondissement de Paris
Quartiers
Rencontre
Reçoit
Téléphone
BDSM pour les NULS !